Même en temps de coronavirus, les consignes de tri restent inchangées… à quelques ajustements près. Nos conseils pratiques.

 

Que faire de sa bonne vieille bouilloire qui vient de rendre l’âme ? Peut-on prendre sa voiture pour aller aux containers de tri ? Puis-je déposer mes t-shirts dans le point Relais d’à côté ?

L’épidémie de Covid-19 a bouleversé la gestion des déchets, de leur collecte jusqu’à leur traitement. Une « forte majorité des collectivités » poursuivent la collecte des emballages légers, des papiers et des emballages en verre.

La collecte et le traitement des déchets sont toutefois ajustés localement, au cas par cas. Renseignez-vous auprès de votre commune ou de votre intercommunalité pour plus d’informations

• Le carton, les papiers et les emballages

La consigne de tri en place dans votre commune ou intercommunalité reste inchangée pendant l’épidémie. Pour jeter leurs cartons, papiers et emballages, les personnes dépendantes des containers de tri sont autorisées à s’y rendre, en cochant la case « effectuer des achats de première nécessité » sur leur attestation de déplacement dérogatoire.

Toutefois, sur les 176 centres de tri qui composent le parc français, un tiers a arrêté son activité du fait de la crise sanitaire, peut-on lire sur le site de Citeo. Les autres restent ouverts mais tournent au ralenti, en raison de la diminution des quantités entrantes et de la baisse du débit de production.

Pour autant, ne perdons pas les bonnes habitudes et continuons le tri. D’autant que la situation est très évolutive…

• Les bouteilles en verre

« 91 % des collectivités les plus importantes maintiennent leur collecte », estime Citeo. Là aussi, il est possible de prendre son véhicule pour se rendre dans les points d’apport volontaire, avec une attestation dûment remplie et la case des achats de première nécessité cochée.

• Les vêtements et chaussures

Depuis le début du confinement, le 17 mars 2020, les activités de collecte des vêtements du Relais sont interrompues. La société coopérative invite les personnes à conserver chez elles les textiles et chaussures dont elles souhaitent faire don, jusqu’à la reprise de la collecte.

• Les équipements électriques et les déchets verts

Les déchetteries amorcent une timide réouverture depuis quelques jours. Il est possible de s’y rendre – parfois au prix de plusieurs heures d’attente – avec une attestation de déplacement, toujours avec le motif des achats de première nécessité.

D’ici à ce que la déchetterie la plus proche de vous rouvre, vous devrez prendre votre mal en patience et stocker les encombrants chez vous. Même chose pour les déchets verts (résidus de tonte, de taille ou d’élagage)… Mais peut-être est-ce l’occasion de vous lancer dans un compost maison ?

Rappelons que les personnes déposant leurs déchets dans la nature, dans la rue ou même devant les portes de la déchetterie s’exposent à une sanction pouvant atteindre 1500 € avec confiscation du véhicule.

• Les masques, gants, mouchoirs et lingettes nettoyantes

Les déchets potentiellement infectieux, tels que les masques, les gants, les mouchoirs et les lingettes nettoyantes, sont à enfermer dans un sac plastique conservé à part pendant 24 heures, conseille le site officiel Informations coronavirus. Y compris pour les personnes qui ne se considèrent pas malades du Covid-19. Le sac est ensuite à jeter avec les ordures ménagères.

Source : 60 millions mag