Attention à ne pas jeter les masques dans les poubelles destinées au recyclage, au risque de perturber le traitement des déchets et surtout de contraindre les salariés des centres de tri à retirer les protection potentiellement contaminées à la main. “On a peur de ramener la maladie à la maison”, confie une trieuse d’un centre de Vaux-le-Pénil, en Seine-et-Marne, à Europe 1. 

 

REPORTAGE

Devenu nécessaire au quotidien pour se protéger du coronavirus, le masque jetable pose un problème colossal de recyclage. Des filières spécialisées dans le traitement de ces nouveaux déchets commencent à se mettre en place, mais il faut encore avoir les bons réflexes et surtout ne pas se débarrasser de la protection dans les poubelles destinées au recyclage, traditionnellement jaunes, car cela risque de perturber tout le traitement des déchets. A Vaux-le-Pénil, en Seine-et-Marne, dans un centre de tri Veolia, les masques se mélangent parfois au carton et papier.Les trieurs doivent retirer, à la main, ces déchets potentiellement contaminés, afin de ne pas polluer la matière qui part au recyclage. Ils ne devraient pas avoir à prendre ce risque, regrette Monique Kallassy, cadre chez Veolia. “Ce geste-là est très compliqué à demander à nos trieurs, parce que qui dit masque, dit contamination potentielle”, explique-t-elle. “On a fait une analyse de risque, on a mis en place plein de gestes barrières pour qu’ils puissent être protégés, mais le geste reste assez difficile à faire parce que ce sont des hommes et des femmes qui ont une famille, des enfants, qui ont peur comme tout le monde.

Les trieurs inquiets

Les professionnels sont équipés de masques et de gants épais, mais Alphonsine, l’une des trieuses de la chaîne, n’est pas toujours rassurée. “J’ai quatre enfants, c’est pour ça aussi qu’on est un peu réticents. On a peur de ramener la maladie à la maison”, confie-t-elle. “Les gens qui jettent doivent faire attention, penser aux gens qui travaillent derrière pour les enlever.”

S’il y a trop de masques qui arrivent d’un coup sur le tapis roulant, certains trieurs demandent carrément à arrêter la chaîne. Une situation qui s’est déjà produite plusieurs fois dans ce centre de Vaux-le-Pénil. Les masques jetables doivent être jetés dans le “tout-venant” afin d’être incinéré martèle depuis quelques jours la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, qui conseille également de privilégier les masques en tissus.

Source : Europe 1