Skip to main content

Écoconception, logistique, recherche et développement: diminuer la pollution par le plastique passe avant tout par la limitation de sa production et de son utilisation.

«Le plastique, c’est fantastique», chantait le groupe Elmer Food Beat en 1991. Trois décennies plus tard, la rengaine a changé. Partout sur Terre, les dégâts provoqués par les déchets plastiques dans l’environnement sont visibles. Selon l’ONU, près de 320 millions de tonnes de plastique sont produites dans le monde chaque année et 8 millions de tonnes finissent dans les océans. Même le groupe de rock nantais a changé son fusil d’épaule en entonnant en 2019 un nouveau refrain: «Le plastique, c’est dramatique», pour soutenir la dépollution des océans.

Loin de la scène musicale, le monde industriel réfléchit également à un changement de modèle pour limiter la production de plastique ou mieux valoriser le recyclage de ces déchets. Mais remplacer la production de matières plastiques par d’autres matériaux, comme des éco-produits ou des contenants en verre, peut coûter plus cher voire même s’avérer une fausse piste. C’est pourquoi des spécialistes du secteur accompagnent les industriels dans leur mutation. Chez Veolia, la cellule Recyclage et valorisation des déchets est particulièrement attachée à cette mission.

Augmenter la part de plastique recyclé

De nombreuses initiatives voient le jour, comme le programme (RE)SET, avec l’alliance des principaux noms de la grande distibution en faveur de l’emballage durable, en «supprimant le plastique des packagings, identifiant des solutions mieux recyclables, valorisables ou biodégradables et changeant nos modes de consommation». «Je pense qu’il y a une prise de conscience générale dans le monde de l’industrie. J’étais récemment chez l’une de nos clientes, une productrice qui utilisait une barquette en plastique complexe. Elle nous a demandé comment faire pour avoir un emballage recyclable. On a étudié ses besoins et on lui a proposé une barquette en aluminium», raconte Jérémy Le Roy, expert valorisation chez Veolia.

Il y a cependant souvent un hic: la hausse du coût de fabrication. «La productrice a finalement refusé la barquette en aluminium que nous lui proposions pour l’instant, car le coût était trop élevé. On a beaucoup de clients dans ce cas. Le prix du plastique est en effet indexé sur le cours du pétrole et celui-ci est très bas actuellement, donc le plastique n’est pas cher», poursuit Jérémy Le Roy.

Sur le territoire normand, Hermann Hallot est responsable grands comptes industriels pour Veolia. Ce cadre accompagne les entreprises clientes de Veolia, qui sont désireuses de réduire leurs déchets plastiques. Il conseille par exemple une entreprise spécialisée dans la fabrication de bouteilles plastiques. «Pour eux, il n’y a rien qui peut remplacer la bouteille plastique», dit Hermann Hallot. Veolia s’est donc concentrée sur la mise en place d’un convoyeur de déchets sur place afin de faire le tri entre les différents déchets qu’elle génère et d’optimiser la logistique. «Nous avons aussi modifié une partie de leur process pour réaliser un meilleur tri entre les différents plastiques.» Autre solution pour diminuer l’empreinte carbone de cette entreprise normande: l’injection de plastique recyclé dans les bouteilles. «Aujourd’hui, on peut mettre 70% de plastique régénéré dans une bouteille», explique Hermann Hallot.

Une cinquantaine d’industriels ont déjà pris des engagements volontaires en annonçant une incorporation de 275.000 tonnes supplémentaires de résines recyclées dans leurs produits d’ici à 2025. Elles viendraient s’ajouter aux 300.000 tonnes déjà incorporées. C’est un engagement conséquent et encourageant, mais il y a encore beaucoup à faire au regard des 3,6 millions de tonnes de plastique mises sur le marché chaque année en France. L’annonce faite de «tendre vers 100% de plastiques recyclés en 2025» par l’État demeure donc un objectif très ambitieux. Le pourcentage de plastiques recyclés était de 22% en France en 2017, loin derrière la moyenne européenne de 41%, selon les chiffres de Plastics Europe.

Le retour de la consigne de tri ?

Mais pourquoi ne pas remplacer le plastique de ces bouteilles par du verre? En 1947, 100% des sodas vendus aux États-Unis l’étaient dans des bouteilles en verre réutilisables. Le consommateur payait quelques centimes de plus pour la bouteille en verre lors de l’achat du soda et récupérait cette somme en rapportant le contenant. Ce système de consigne est ensuite tombé en désuétude au fil des ans face à l’avènement du plastique, avant de renaître de ses cendres à petite échelle depuis quelques années. On peut citer «Bout’ à Bout’» dans les Pays de la Loire ou «Jean Bouteille» dans le nord de la France. Mais à une échelle industrielle, le passage du tout-plastique au 100% verre se bute à deux arguments: un argument économique qui fait que personne ne prend le risque de relancer au niveau national un projet pilote d’envergure, selon l’un des pionniers du secteur, Gérard Bellet, dans une interview donnée au journal Le Monde; et un argument écologique: le cycle de vie d’une bouteille en verre, en fonction des usages, n’a pas toujours un moindre impact carbone.

Plutôt que le verre, il existe un autre matériau qu’affectionnent de plus en plus les industriels: les éco-produits. Ce sont par exemple des sacs réutilisables et conçus avec des matières écologiques que l’on peut trouver dans certaines épiceries ou supermarchés. «Nous travaillons actuellement sur un projet avec la grande distribution pour réfléchir à l’emballage écoconception de demain. C’est un appel à candidatures et nous sommes clairement dans la création d’un écosystème vertueux», dit Sophie Petibon, directrice commerciale à Veolia au sein du pôle Recyclage et valorisation des déchets. Là aussi, l’analyse complète du cycle de vie doit être menée avec minutie.

“Le gros problème du plastique, c’est le transport.”

Les industriels réfléchissent également davantage au coût écologique global d’un produit. Le coût écologique du plastique n’est pas constitué que du déchet à trier, recycler ou incinérer. Il faut également prendre en compte le transport des produits plastiques puis des déchets plastiques, de leur conception à leur destruction. «Le gros problème du plastique, c’est le transport. C’est ce qui représente la plus grosse part de l’empreinte carbone. C’est pour cela que nous réfléchissons à diverses solutions pour réduire les transports. Nous proposons par exemple à nos clients de mettre en place des broyeurs de déchets plastiques sur leur site, plutôt que de transporter les déchets plastiques jusqu’à un exutoire réalisant la prestation broyage», explique Hermann Hallot. L’entreprise pharmaceutique qu’il conseille en Normandie produit 300 tonnes de plastique par an: cela représente ainsi 120 transports par camion en moins.

L’avenir ressemble peut-être à un cercle. «Nous sommes en train d’étudier la création d’une boucle circulaire avec l’un de nos clients. Notre ambition serait de recycler leurs déchets puis de les réintroduire dans la boucle comme produits régénérés. C’est une étude qui porte sur la globalité de la chaîne, pour mieux la maîtriser et rester au plus près de la production», analyse Hermann Hallot. Un cercle vertueux bon pour la planète mais aussi pour l’économie, ces nouveautés étant pourvoyeuses d’emploi et d’activité dans le futur.

Source slate.fr